Aux XIXe et XXe siècles, la ville de Mouzon a été, notamment, façonnée par le développement de l’industrie feutrière, symbole de la montée en puissance de la famille Sommer. La grande histoire de trois générations de capitaines d’industrie a commencé à Mouzon vers 1880, pour se développer tant au niveau national qu’international après la Première Guerre mondiale. Mouzon, c’était d’abord Sommer !

    Offrir du travail à une grande partie des habitants, en attirer d’autres contre la même promesse de travail sont déjà un élément constitutif de la vie d’une bourgade. Avec les Sommer, il s’agissait de bien autre chose. Le second de la dynastie, Roger, est un des ces “faucheurs de marguerites” comme ont été nommés les pionniers de l’aviation de la trempe des Voisin, Blériot ou Farman. Pilote, détenteur de records, il construit lui-même des avions dans un atelier installé à proximité de la gare de Mouzon puis abandonne l’aviation pour se consacrer entièrement au développement de ses usines. L’empreinte sur la cité se renforce par l’implantation d’ateliers reconstruits et multipliés après 1918 mais aussi par les acquisitions foncières qui constellent le tissu urbain.

    La troisième génération qui prend le pouvoir après 1945 est marquée par cet esprit pionnier. Raymond, né en 1906, ne s’intéressa guère à l’entreprise mais devint champion de courses automobiles et trouva la mort sur un circuit pyrénéen à l’âge de 44 ans. Pierre fut essentiellement l’homme du feutre, François fut l’inventeur qui permit à l’entreprise de sortir du feutre, de développer les vinyles des revêtements de sols et de murs, il donna une envergure internationale à la vieille “manufacture des écluses” et projeta sa vision sociale dans la réalité quotidienne de centaines de cadres et d’ouvriers. Voyageur insatiable, il chassa les grands fauves pour s’adonner ensuite à la chasse photographique et initier le ministère de la Protection de la nature.

    Tels sont ces hommes d’une trempe particulière qui vouèrent leurs vies à leurs passions et disparurent sans laisser de descendance.

    Trois temps forts émergent au cours de cette histoire industrielle :

– 1880-1917 : de la fondation de la première usine de feutre par Alfred Sommer jusqu’à son décès

– 1917-1947 : le développement, accompagné du déplacement du coeur de décision de l’entreprise de Mouzon vers Paris sous Roger Sommer

– 1947-1973 : les belles années sous François et Pierre Sommer.

Format 21 x 30, 256 p. en quadrichromie.

38 + frais de port Tarif 4 (clic ici).

 

Lancement du livre à Mouzon

le 16 décembre 2013

D'autres photos : clic ici